La valise de mon père

La valise de mon père

La valise de mon père

Après l’indépendance de leur pays, beaucoup de jeunes Algériens qui ont cru en les promesses du FLN pour une vie meilleure, sont déçus par les méthodes de ce gouvernement qui veut instaurer l’arabisation forcée, une culture qui n’est pas la leur pour beaucoup d’entre eux. Alors ils préfèrent prendre le chemin de l’exil pour émigrer dans le pays de leur ancien colonisateur, comme leurs pères qui leur avaient fait miroiter depuis leur plus jeune âge ce pays de cocagne…

“Qui êtiez vous avant votre arrivée en France ?”

“Je vivais en Kabylie dans mon village natal que je n’avais jamais quitté. Pendant la guerre d’Algérie, j’avais été scolarisé deux ans…”

Ali Mebtouche est né à Aït Aïssa Mimoun, à Tigzirt-sur-mer, en Algérie. Scolarisé par les soldats français pendant la guerre d’Algérie, de l’âge de treize ans à l’âge de quinze ans, il a émigré en France à l’âge de dix-neuf ans. En France, l’auteur a suivi des cours de français organisés par une association après sa journée de travail en usine.

Le bagnard de Kabylie

Le bagnard de Kabylie

Le bagnard de kabylie

Après la conquête de la Kabylie par les Français, vers 1857, les nouveaux maîtres de l’Algérie abolirent ses lois        traditionnelles. Afin de réussir leur entreprise de colonisation, ils choisirent des religieux et des notables    indigènes déjà en place pour administrer la population.

Malgré les lois contraignantes imposées par la France, des Algériens n’hésitaient pas à prendre les armes pour défendre leur honneur. La France les surnomma « les bandits d’honneur ». Ce fut le cas de Ouali, le héros de ce roman. Pour le punir, l’administration coloniale le déporta à Cayenne en 1884. Il s’évada au bout de quelques années avec d’autres bagnards et, après avoir fait le tour du monde, retrouva sa Kabylie   natale…

“J’ai travaillé sur l’histoire de mon arrière-grand-père, déporté au bagne de Cayenne vers 1883 pour avoir assassiné un administrateur colonial qui avait humilié tous les habitants de son village”.

“Je raconte sa détention, son évasion, son voyage de retour, en passant par La Mecque, son arrivée au pays, puis sa capture après un séjour dans le maquis “.

Ali Mebtouche est né à Aït Aïssa Mimoun, à Tigzirt-sur-mer, en Algérie. Scolarisé par les soldats français pendant la guerre d’Algérie, de l’âge de treize ans à l’âge de quinze ans, il a émigré en France à l’âge de dix-neuf ans. En France, l’auteur a suivi des cours de français organisés par une association après sa journée de travail en usine.

Histoire d’un berger de Kabylie pendant la guerre d’Algérie

Histoire d’un berger de Kabylie pendant la guerre d’Algérie

Histoire d’un berger de Kabylie pendant la guerre d’Algérie

Chaban avait quinze ans lorsque son père fut emporté par la tuberculose, maladie incurable à l’époque. Il resta avec sa mère, ainsi qu’avec son frère cadet Méziane. Cette femme, nommée Fatima, était une femme exceptionnelle. Pendant qu’elle assurait le travail de la maison avec son jeune fils Méziane, son aîné, Chaban, travaillait comme berger chez un paysan du coin. Du matin au soir, il gardait le bétail (lmal) dans les champs et, pour gagner quelques bouchées de pain supplémentaires, tout en faisant paître son troupeau, il ramassait du bois et  aidait les paysans aux  travaux agricoles(…)

Mais lorsqu’il atteignit l’âge de dix-neuf ans, un autre destin vint frapper à sa porte. Comme tous les Algériens de son âge, les Français le sollicitèrent pour aller se battre et défendre la France en Indochine.

L’Histoire d’un berger de Kabylie se déroule pendant la guerre d’Algérie, avec un regard original sur la traîtrise.

“Au début des années 1950, Chabane est mobilisé pour aller défendre les intérêts coloniaux de la France en Indochine. A la fin de son service, marqué à vie par les atrocités vécues dans les maquis marécageux de la guerre d’Indochine, il regagne son village de Kabylie “.

Ali Mebtouche est né à Aït Aïssa Mimoun, à Tigzirt-sur-mer, en Algérie. Scolarisé par les soldats français pendant la guerre d’Algérie, de l’âge de treize ans à l’âge de quinze ans, il a émigré en France à l’âge de dix-neuf ans. En France, l’auteur a suivi des cours de français organisés par une association après sa journée de travail en usine.

Des nouvelles de Kabylie

Des nouvelles de Kabylie

Des nouvelles de Kabylie

Dans ce recueil de nouvelles, l’auteur rapporte des anecdotes conservées dans la mémoire collective et transmises oralement par les anciens des villages, certaines de génération en génération. Certaines situations ont été vécues par lui-même.

En lisant les ouvrages de ce sexagénaire, originaire d’Aït Aïssa Mimoune, dans le daïra de Ouaguenoun, à Tizi Ouzou, le lecteur peut aisément découvrir l’attachement viscéral de l’auteur à ses origines.

“Je raconte ma région et j’écris ce que je ressens”

Ali Mebtouche est né à Aït Aïssa Mimoun, à Tigzirt-sur-mer, en Algérie. Scolarisé par les soldats français pendant la guerre d’Algérie, de l’âge de treize ans à l’âge de quinze ans, il a émigré en France à l’âge de dix-neuf ans. En France, l’auteur a suivi des cours de français organisés par une association après sa journée de travail en usine.